Climatiseur de fenêtre

Climatiseur de fenêtre et climatisation centrale

L’été arrive, les chaleurs sont déjà très présentes en France. Et avec le réchauffement climatique, ces chaleurs estivales risquent cette année encore d’être difficiles à supporter. Notamment pour les personnes âgées ou fragiles. Mais l’installation d’une climatisation coute cher et prend du temps. Un climatiseur de fenêtre peut alors être utile.

Comment fonctionne le climatiseur de fenêtre ?

Il s’agit d’un dispositif monobloc. À savoir qu’à l’inverse d’une climatisation ordinaire, il est composé d’un seul composant intérieur. Comme son nom l’indique, il est installé au niveau d’une fenêtre et ne peut donc climatiser qu’une pièce. L’unité de climatisation est installée à proximité de la fenêtre. L’évacuation de l’air se fait par celle-ci, avec bien entendu un système évitant l’entrée d’air extérieur chaud.

C’est sur la base des principes décrits ci-dessus que sont construits les climatiseurs de fenêtre. Les ventilateurs incorporés ont pour fonction de déplacer l’air de la pièce. Expulser l’air chaud intérieur, introduire de l’air provenant de l’extérieur, après l’avoir filtré et convenablement refroidi ou réchauffé. Dans ce dernier cas, l’appareil fonctionne comme une pompe à chaleur, avec parfois même des résistances électriques pour l’aider. En général, l’air frais est non seulement introduit, mais aussi mélangé à l’air intérieur, pour des raisons d’économie d’énergie.

Climatiseur de fenêtre

Ces appareils simples donc servent à climatiser une pièce unique. Ils n’humidifient pas l’air et parfois même, ils le déshumidifient. Cela qui se traduit par le fait que des gouttes d’eau provenant de la condensation de la vapeur d’eau dans l’air tombent de ces appareils, qui sont placés sur les façades des bâtiments. Il en résulte une baisse de l’humidité absolue.

L’humidité relative ne doit pas être inférieure à 30 %. Dans ce cas, le pourcentage d’humidité doit être augmenté au moyen d’humidificateurs afin de continuer à procurer une sensation de bien-être.

L’humidité optimale pour la santé se situe entre 40 et 55 %. L’humidité relative tombe souvent en dessous de ces valeurs, surtout en hiver. En raison de l’utilisation d’un chauffage conventionnel : chauffage central ou convecteurs électriques. Cela entraîne de la fatigue, un manque de force et une plus grande vulnérabilité aux rhumes.

Il faut tenir compte du fait qu’une faible humidité relative peut endommager les meubles, les tapis et les œuvres d’art. Il convient donc de surveiller l’humidité de l’air et de l’humidifier si nécessaire. De plus, une humidité correcte empêche l’apparition de charges électrostatiques désagréables dans l’atmosphère ambiante.

Unités centrales de conditionnement d’air

ClimatisationÀ l’inverse, il existe des unités centrales de climatisation qui traitent l’air dans son intégralité : chauffage ou refroidissement, humidification ou déshumidification, filtrage et introduction d’une quantité plus ou moins importante d’air traité, en fonction des besoins du lieu. Tout cela de manière totalement automatisée. Ces centrales sont installées dans des installations industrielles. Installations où les paramètres température, humidité, mouvement de l’air et pureté doivent répondre à des critères très stricts pour que la production se déroule correctement. Ou dans des installations de conditionnement de grand luxe.

À partir du système central de climatisation, l’air est dirigé par un système de gaines vers les pièces à climatiser. Il y entre par des grilles ou des diffuseurs, puis revient à l’unité centrale soit pour être traité, soit pour être rejeté à l’extérieur.

L’air qui entre dans chaque pièce à climatiser peut être contrôlé au moyen de thermostats et d’hygrostats.

Les batteries sont des échangeurs de chaleur qui chauffent ou refroidissent l’air. Le purificateur d’air humidifie ou même déshumidifie, selon les conditions de fonctionnement. De nombreux accessoires de contrôle automatique sont associés à ces systèmes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *